Jean-Marc Dalpé

Auteur dramatique, romancier, poète, scénariste et comédien, Jean Marc Dalpé a été récipiendaire du Prix du Gouverneur général en théâtre pour Le chien en 1988, puis encore en 1999 pour son recueil de pièces Il n'y a que l'amour où l'on retrouve notamment le texte Trick or treat qui a été adapté pour le petit écran. Il s'est mérité le même prix pour son premier roman Un vent se lève qui éparpille en 2000. Il est membre de l'ordre des Francophones d'Amérique depuis 1997.

Deux universités lui ont conféré des Doctorats honoris causa pour l'ensemble de son oeuvre, soit l'Université Laurentienne en 2002 et l'Université d'Ottawa en 2010. Après ses études au département de théâtre de l'Université d'Ottawa, il a poursuivi sa formation au Conservatoire d'art dramatique de Québec. De retour en Ontario, il cofonde le Théâtre de la Vieille 17, puis se rend à Sudbury où il participe à une quinzaine de productions du Théâtre du Nouvel Ontario en tant qu'auteur, coauteur et/ou comédien.

Au cours de ces dix années, il participe également à de nombreuses lectures et spectacles de poésie dont Cris et blues qui a tourné au Canada et en France. Depuis 1989, il vit à Montréal avec sa compagne et leur fille. À l'automne 2004, Radio-Canada diffuse la télé série Temps dur dont il est l'auteur et qui a été en lice pour de nombreux prix Gémeaux.

L'année suivante sa pièce Août ? un repas à la campagne produite par le Théâtre de la Manufacture s'est mérité le Masque pour le meilleur texte original. En plus des oeuvres déjà mentionnées, il est l'auteur de nombreuses autres pièces dont Eddy (traduite en anglais sous le titre In the ring, la pièce fut créée par le Stratford Festival) et Lucky Lady.

Il a écrit aussi plusieurs contes urbains, plusieurs épisodes du téléroman Fred-Dy et plusieurs courtes pièces en un acte dont récemment Yvette pour un spectacle solo de Madame France Arbour produit par Urbi et Orbi, et Happy end? pour le spectacle Regards-neuf du Théâtre Niveau Parking mis en scène par Michel Nadeau. Après quelques années d'absence, il revient à la scène en tant que comédien et joue dans Les points tournants, une production de la Manufacture. Puis en 2010, il a joué dans Slague.

L'histoire d'un mineur. Il s'agissait d'une production du Théâtre du Nouvel Ontario de sa traduction de la pièce Spitting slag de l'auteur canadien Mansel Robinson dont il avait traduit déjà Ghost trains ? Trains fantômes. Ces deux pièces ont paru chez Prise de Parole sous le titre Roc & rail et ont été en lice pour le Prix du Gouverneur général dans la catégorie traduction.

Au cours des années, il a traduit plusieurs pièces de l'anglais dont Buried child de Sam Sheppard (production du Trident de Québec), Blasted de Sarah Kane mise en scène par Brigitte Haentjens pour sa compagnie Sibyllines, et sa version de Dry Lips oughta move to Kapuskasing de l'auteur Cree Tomson Highway a paru récemment chez Prise de Parole tout comme sa nouvelle traduction de Hamlet de William Shakespeare qui a été présentée en mars 2011 au Théâtre du Nouveau Monde dans une mise en scène de Marc Béland. En 2012, son adaptation de L'Opéra de quat'sous de Bertolt Brecht dirigée par Brigitte Haentjens a été présentée à Montréal et au Centre national des Arts.

En ce moment, il joue en tournée sa traduction de la nouvelle pièce de Mansel Robinson, Deux dans une mise en scène par Geneviève Pineault. Il s'agit d'une coproduction de la Vieille 17 et du Théâtre du Nouvel-Ontario. Le texte est disponible aussi chez son éditeur. Il vient de terminer la traduction de The dark things d'Ursula Rani Sarma (auteure irlandaise) qui est prévue pour la saison 2014-15 du théâtre de la Manufacture, et il prépare présentement une adaptation du dernier chapitre du roman Ulysse de James Joyce (le monologue intérieur de Molly Bloom) qui sera mise en scène par madame Haentjens l'année prochaine, ainsi qu'une nouvelle adaptation de Richard III de William Shakespeare qui sera présentée au Théâtre du Nouveau Monde en 2015.